Des balcons financés par un legs testamentaire

Photo CHSLD Acton Vale

Les résidents du centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la MRC d’Acton bénéficieront bientôt d’un nouvel espace de détente grâce à l’ajout de balcons aux étages.

Les travaux sont rendus possibles, en partie, grâce à un legs testamentaire de 73 000 $, remis à la Fondation Santé Daigneault-Gauthier par une Valoise décédée il y a deux ans. Fernande Neveu souhaitait qu’un projet ayant un impact sur le bien-être des résidents du CHSLD soit réalisé avec ce montant.

De cette somme, 50 000 $ sont investis pour l’ajout de balcons, un montant que le conseil d’administration juge approprié pour le projet, d’après Marthe Gauthier, notaire et présidente de la Fondation Santé Daigneault-Gauthier.

Les fonds inutilisés demeurent dans les coffres de la fondation afin que celle-ci poursuive sa mission d’offrir des soins, des activités ainsi que des équipements aux usagers du CHSLD et du CLSC de la MRC d’Acton.

Estimée à 150 000 $, la balance des coûts de construction est assumée par le Centre de santé et de services sociaux Richelieu-Yamaska (CSSSRY). « Lorsque nous avons reçu cette somme, le conseil d’administration (de la fondation) s’est informé auprès du CSSSRY afin de déterminer quelle serait la meilleure utilisation à faire des biens laissés par Mme Neveu » explique Me Gauthier.

De concert, les deux organisations ont identifié l’accès extérieur aux étages supérieurs comme étant un besoin décrié par les usagers du CHSLD de la MRC d’Acton. C’est la première fois que la fondation s’investit dans un projet majeur de ce type. Selon Marthe Gauthier, le simple fait « d’avoir de l’air frais à proximité » améliorera grandement la qualité de vie des patients.

« Offrir aux résidents la possibilité de sortir à l’étage plutôt qu’un rez-de-chaussée nécessite moins de personnel, ce qui permettra de rentabiliser les ressources disponibles. Aussi, lorsque les familles rendent visite aux patients, il n’est pas toujours possible pour ces derniers de descendre au rez-de-chaussée, un problème que les balcons enrayeront », indique la notaire.

Du côté du CSSSRY, on ajoute que « puisqu’il n’y a pas de balcons extérieurs adjacents aux salons des 1er et 2e étage du centre, les personnes à mobilité réduite peuvent difficilement se rendre à l’extérieur. Pour cette raison, les balcons seront couverts et équipés d’une porte automatique pour faciliter l’accès. »

Les usagers du CHSLD pourront très bientôt profiter de cet aménagement puisque les travaux débuteront à la mi-juillet et devraient se terminer pour la mi-septembre. L’ensemble de la logistique du projet sera assuré par le CSSSRY, la fondation n’étant qu’un partenaire financier.

Article paru le 3 juillet 2013 – La Pensée de Bagot

Ce contenu a été publié dans Revue de presse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *